Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 17:32
logosansas.png

Bienvenue sur le blog de SANSAS

 

PERMANENCE

Tous les Lundis de 17 h à 19 h

Parvis Christian CHESSEL

Place Saint Roch

Porte Côté square

06300 NICE

                          On Zoom sur le net, 

 

tous les vendredi à partir de:

        17h00 & jusqu'à 19h00         

Les réunions sont en vidéo conférence!!!

Venez nous rejoindre!!!

Pour vous inscrire envoyer un e.mail avec prénom

aux l'adresses si dessous :

 sansas.nice@yahoo.fr 

 claude.job@orange.fr

  

 

Cette permanence permet à toutes les personnes le souhaitant d'être accompagné dans la voie de la guérison. Ouvert à tous. 

 Vous trouvez également sur ce blog de nombreuses informations relatives à l'alcoolisme par thème (exclusion, reconnaissance, cure, couple, famille, ...).

 si cela vous intéresse, vous pouvez inscrire votre adresse email dans le champs de la colonne de droite "Newsletter prévu à cet effet, pour recevoir le thème du groupe de parole de la semaine.

Le blog de SANSAS - Santé Sans Alcool Solidarité
***************************************

 

"RdR qu’en pensons-nous après RAAMO"

 

Risque : diminuer la possibilité d’un dommage

Dommage préjudice affectif

La RdR a été inventée spécialement pour les drogués, surtout les injecteurs en raison des :

   Risques sociaux : vie affective et vie professionnelle.

   Risques sanitaires : VIH, hépatite.

La population générale n’a pas la perception de la dangerosité, pour les experts :

L’alcool est beaucoup plus dangereux que l’héroïne, la cocaïne, le tabac ou le cannabis,

Il y a sous estimation des dangers de l’alcool.

Il ne faut pas réduire le soin à la cure il y a d’autres dispositifs de soins à ne pas négliger.

Il est important que l’état prenne ses responsabilités :

   Production mieux encadrée

   Attention aux produits variés tels que Prémix ou alcopops.

   Réglementation des lieux de vente

   La loi Evin ne doit plus être systématiquement déshabillée.

Il faut faire attention a la perception de l’alcool

   Un buveur d’alcool est = à un bon vivant

   Un alcoolo dépendant est = quelqu’un qui ne sait pas boire.

La RdR n’est pas un intermédiaire au « sans produit »

   Il faut s’émanciper de la notion arrêt total et définitif et rendre l’usager acteur, il faut accompagner l’usager dans sa liberté, sa compétence et son expérience.

Il est interdit d’interdire (slogan de Mai 68), la prohibition n’ayant jamais fait avancer le schmilblic.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 17:42
Thème du jour
Les microdoses
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 16:28
Thème du jour

L'Amitié

Annie c’est une jolie chose.

Des vrais amis on n’en a pas beaucoup

Même des connaissances peuvent apport

er du bien-être,

Nuit debout les vrais amis se comptent sur les doigts d’une seule main.

Annie a retrouvé un ami de jeunesse mais dès les premiers échanges, ce n’a pas été satisfaisant.

Henri est resté pendant trente ans loin de chez lui, il a changé de lieu de résidence très souvent, il n’a donc pas pu se faire des amis, car pour devenir amis, il faut bien se connaître.

Antoine a un ami très cher qu’il a connu à Vie Libre, malgré son départ dans l’Aveyron, ils sont restés en contact régulier et quand nous nous sommes revus sur zoom, au début du confinement, il est devenu ami avec Sansas. L’amitié n’est pas exclusive.

Annette raconte notre amitié avec Monique. Elle était l’épouse d’un malade alcoolique qui venait à Vie Libre Martigues, lui est décédé, elle a repris le flambeau à Istres, nous sommes restés en contact quand nous avons quitté Martigues et qu’elle est partie dans sa Lorraine natale, près de ses enfants. Elle est venue passer quelques jours à Nice et nous sommes allés chez elle à Bar le Duc.

Sabine fait remarquer qu’il n’y a pas besoin de contacts pour rester ami.  Elle a une amitié de soixante ans, ils ne se voient très peu souvent. L’amitié c’est de garder le contact avec quelqu’un, il n’y a pas besoin de se voir.

Henri avait un grand ami quand il était dans le Sahara, mais quand il est revenu à Tourette cette amitié a disparu et est restée là où elle était.

Michèle  est restée en relation avec une amie depuis des années et elles continuent à se voir très régulièrement.

Freddo avait un ami très cher dans l’adolescence, ils avaient les mêmes goûts musicaux et quand il s’est mis à boire, cet ami son ami lui a fait des reproches et cette amitié s’est cassée. Il ne connaissait pas l’alcoolisme. Freddo n’a pas beaucoup d’amis.

Antoine : il faut accepter les problèmes des autres. La perfection n’existe pas.

Abdel a un paquet de copain, il jouait beaucoup au ballon avec eux. Il avait un bon copain qui s’est fait embrigader dans la religion. Ils ne se voient plus parce qu’il n’a pas les mêmes idées que lui. Il a une vraie amitié avec Claude bis et ils sont en contact téléphonique très régulièrement. Claude bis est vraiment un ami, pour lui il est comme un frère.

Nuit debout a un ami qui date de quarante ans, mais il a une tumeur et ne veut plus voir personne, mais son intention est d’essayer d’aller le voir à Lacassagne. Ça fait deux mois qu’il ne l’a pas vu.

Annie avait des bons copains de beuverie, mais quand elle a arrêté de boire, elle les a perdus de vue.

Michèle a perdu beaucoup d’amis quand elle s’est arrêtée de boire. A prendre du coca ça n’intéressait plus personne, mais elle ne les regrette pas.

Henri : à partir du moment où tu ne bois plus, tu n’es plus intéressant.

           

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 14:23
Thème du jour
Alcool et Tabac

Quelques chiffres avant d’aborder le sujet.

            85% des alcoolodépendants Hommes fument

            65% des alcoolodépendants femmes fument

            9% sont des ex fumeurs.

Il y a de nombreuses façons pour arrêter de fumer mais il faut le VOULOIR car toutes ces façons ne sont que des aides à l’arrêt du tabac.

            Vapotage

            Substituts nicotiniques

            Hypnose

Aimants

Acupuncture

Homéopathie

Sophrologie

Qi qong

Yoga        etc…

Les réseaux sociaux peuvent aider au questionnement

            Facebook, instagram etc..

Les groupes d’anciens fumeurs

Tabac info service

Stop tabac

Mois sans tabac (novembre)

Tabac stop.

A chacun sa méthode pourvu qu’elle soit efficace.

Annette nous parle de Douce qui s’est arrêté de fumer quand elle était en maison de rééducation après fracture du pied, mais quelques mois après sa sortie elle s’est remise à fumer car c’est son petit plaisir dit-elle.

Marise, son mari a arrêté de fumer il y a quelques années, mais quand elle fume son mari tire une taf pour se rappeler le goût mais il ne rachète pas de cigarettes.

Annette se rappelle que, quand son mari et son fils fumaient, les rideaux de la maison, les murs tout devenait marron. Et l’odeur du tabac était imprégnée dans les vêtements et tout le mobilier.

Freddo augmente ses consommations d’alcool quand il fume. Il s’est arrêté de fumer pendant trois mois, mais il a repris dès qu’il a eu des soucis familiaux. Actuellement il envisage de nouveau un arrêt de la cigarette (l’alcool est à l’arrêt depuis un an et un mois), pour ce faire il va essayer avec le vapotage.

Charly fume plus parce qu’actuellement il est en arrêt de travail. Quand il travaillait il n’avait pas le temps de fumer et de boire. Actuellement il en est à 2 paquets par jour.

Annette fumait quand elle était en période de stress, la cigarette la calmait. Mais dès que le stress disparaissait de son existence elle s’arrêtait de fumer. Surtout elle fumait des gauloises.

Abdel fumait ses cigarettes jusqu’au bout quitte à se bruler les doigts. Pour éviter de fumer jusqu’au bout de sa cigarette, il mettait un verre plein d’eau à côté de lui et quand il jugeait utile il jetait son mégot dans l’eau.

Annie a arrêté de fumer avec l’acupuncture, Mais un jour son frère qui n’avait pas d’allumettes lui a demandé de lui allumer sa cigarette, ce qu’elle a fait, mais le lendemain elle achetait un paquet. Quelques temps après, elle a voulu arrêter à nouveau. Ce fut la galère, elle a été malade durant trois jours et s’est donné des objectifs, 3 jours d’abord puis trois mois, puis trois ans et maintenant trois dizaines et elle ne compte plus.

Antoine a fumé très jeune, pour éviter les prix il fumait des P4 et dès qu’il a commencé à boire régulièrement sa consommation tant de cigarettes que d’alcool a augmenté. Jusqu’à fumer 2 ou 3 paquets par jour de gauloises. Au travail tant qu’il était dans un bureau commun, il essayait de se restreindre, mais quand il s’est retrouvé dans un bureau seul, ce fut une augmentation exponentielle, de sorte que quand quelqu’un venait dans son bureau, il leur proposait de continuer leur conversation dans le leur. Pour éviter d’augmenter encore plus sa consommation, il allait dans la salle des ordinateurs où il était interdit de fumer.

Il a recherché tous les moyens pour arrêter la cigarette, la pipe avec du tabac Amsterdamer, mais pour faire passer le gout de la pipe il fumait une ou deux cigarettes et buvait un verre de bière. Il a essayé également les fume-cigarettes dont le conduit diminuait. Le nicoprive n’a pas eu plus de succès.

Un an après l’arrêt de l’alcool, il s’est dit qu’il fallait arrêter la cigarette qui ne servait à rien. Il a prévenu tout le monde qu’au 1er janvier de l’année 1982 il ne fumerait plus. Pour éviter que ce ne soit une punition il a décidé l’arrêt de la cigarette le 1er novembre, pour l’aider il a pris rendez-vous chez un acupuncteur, il a jeté son dernier paquet avant d’entrer chez lui et depuis il vit sans cigarettes, mais ne veut surtout pas essayer d’en fumer une comme pour l’alcool.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 17:42
Thème du jour
Vos débuts dans l'alcool et sa continuité

Antoine à douze ou treize ans était dans une fête des enfants de chœur à Joeuf. Il y avait les jeunes comme moi, et des grands de 16-17 ans, qui avaient subtilisé des bouteilles de vin chez leurs parents. J’en ai bu plus que de raison, je vidais les verres resté sur la table et au bout d’une heure j’étais complètement ivre, cherchant ma cigarette à genou dans la cour. L’après-midi s’est terminé en dormant sur un banc pendant que tous étaient au cinéma. Ça a été mon premier contact avec l’alcool, mais pas le dernier.

Durant mes études, nous avions parfois des poses, et nous allions dans les cafés près de l’école, pour jouer au Bridge. La conso était la bière. Je n’étais pas argenté car mes parents ne connaissaient pas l’argent de poche et les copains se chargeaient de payer mes consommations. J’appréciais l’alcool et durant les soirées alors que je faisais mes devoirs, mes parents couchés, je m’empressais d’aller siroter du vin à la cuisine et vider leur cave de liqueur.

A la fin de mes études, je me suis marié, mais j’avais de l’argent et j’ai commencé à fréquenter assidûment les cafés où je buvais de la bière à gogo. Et cela a duré jusqu’à un délirium tremens qui m’a fait arrêter la consommation d’alcool après de multiples péripéties.

Charly a arrêté l’école très jeune, il ne pouvait suivre un ami dont le papa était un gros buveur. Chez ce copain, il avait accès à l’alcool et ne se privait pas de boire. Il ne se rappelle pas de sa première cuite. Il était en quatrième d’insertion et c’est cette année-là qu’il a commencé à boire régulièrement. En troisième, il ne se rappelle pas avoir bu et l’année suivante il est rentré en apprentissage dans l’hôtellerie. En 2004 il a recommencé à boire, se souvient-il.

Il a perdu tous ses boulots à cause de l’alcool.

Il n’a tué personne et est conscient qu’il aurait pu le faire en état d’ivresse.

Actuellement il travaille dans une boulangerie et n’a pas consommé depuis une semaine, il a pris rendez-vous avec le CSAPA Emergence et pour le CSAPA de l’Olivetto.

Bernard a commencé à consommer tard dans son existence. Jeune, il a pris quelques cuites sans conséquences avec les copains. Il fumait du shit avec la conso. A partir du moment où il a eu une maison en Bourgogne, il a commencé à boire régulièrement du vin par plaisir et c’est vers la trentaine qu’il est devenu un buveur excessif parce qu’il aimait le vin. Il a pris quelques cuites parce qu’il aimait boire.  Il s’est soigné parce qu’il n’avait plus ce plaisir de boire. La dernière année avant le CALME, il était en dépression et il buvait de plus en plus.

Au  CALME il a réglé son problème de travail, alors il n’avait plus besoin d’alcool pour vivre.

Freddo a connu ses premiers verres vers 15-16 ans, au repas de famille c’était toujours vin et champagne. A 19 ans il séchait les cours et achetait de l’alcool, c’est à cette époque qu’il a été bourré pour la première fois de sa vie.

Après avoir été bridé pendant son enfance, dès sa majorité il a commencé à boire régulièrement en fumant du cannabis.

 A l’armée l’adjudant buvait et encourageait à la boisson.

Il s’est ensuite accoutumé à l’alcool et le whisky lui plaisait énormément, et buvait dès le retour de son boulot.

Annie à 18 ans elle a pu sortir de chez elle et elle a eu son permis de conduire à 20 ans.

Elle a connu alors un musicien qui jouait tous les soirs à « la Pignata ». L’après-midi elle travaillait et le soir elle attendait avec patience son musicien et elle buvait pour passer le temps.

Il l’a trompé alors par jalousie elle s’est prise une cuite carabinée. Mais elle continuait à boire modérément, mais après six ans elle a viré son compagnon.

Elle a continué à boire modérément en faisant de la CB.

Sans boulot elle est partie à Marseille, elle voulait à nouveau conduire mais elle buvait peu mais quand même son whisky tous les soirs.

Elle a eu un fils et est retournée à Menton.

Elle s’est mariée mais très rapidement elle ne supportait plus son mari.

Elle s’est retrouvée seule avec deux enfants, l’épicerie était juste en dessous de chez elle, c’était vraiment l’inciter à consommer. Elle en a bien profité et sa conso a augmenté de manière exponentielle : 1 bouteille, puis deux, puis trois qu’elle cachait sous son lit.

Ses enfants souffraient, alors elle a décidé de se soigner.

Il lui fallait prendre sa décision, elle a été chez son généraliste qui avait probablement prévu sa décision, il lui a sorti un dossier d’inscription aux « Bruyères », mais il fallait qu’elle trouve  pour garder ses enfants et sa mère qui étaient déjà en fauteuil roulant. Ce qui fut fait avec mult difficultés et aux Bruyères elle a rencontré SANSAS et ne l’a jamais quitté.

Freddo a oublié de nous dire qu’avant la pancréatite aigüe qu’il a eue, il s’était inscrit à un club de boule. Dans le clos, on boit beaucoup et à peu de frais ( 1€ le pastis bien servi). Il  s’est fait viré du club parce qu’il était trop souvent ivre.

 

Thème du jour
Vos débuts dans l'alcool et sa continuité
Partager cet article
Repost0
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 18:01
Thème du jour
Le mensonge chez le malade alcoolique

Quand quelqu’un te dis « tu as bu » et que ta réponse est « non je n’ai pas bu », est-ce un mensonge ou travesti-t-il la vérité.

L’alcoolique est de mauvaise foi.

Le généraliste ne prend pas sa responsabilité

Sabine, essentiellement la maladie vient de soi.

Le malade se braque quand quelqu’un lui dit la vérité.

Michèle disait qu’elle ne buvait pas. C’est maintenant qu’elle est guérie qu’elle se rend compte que finalement c’était un mensonge.

Bernard n’a pas l’impression d’avoir menti. Personne ne lui disait qu’il buvait trop. Dans les derniers temps il se cachait pour boire. Il ne buvait pas devant sa femme, donc il n’avait pas à mentir.

Michèle, sa fille lui disait qu’elle buvait mais elle lui répondait « non je ne bois pas ». Sur le moment elle croyait que cela ne se voyait pas, mais une fois dans sa chambre elle se rendait compte que sa consommation se voyait.

Sabine n’a jamais dit qu’elle ne buvait pas.

Bernard en tant que buveur on peut parler à un autre malade alcoolique.

Sabine, la personne mal intentionnée juge le malade.

Benoit, cela dépend de qui est devant soi. C’est difficile de ne pas  mentir, il pouvait surtout mentir sur la quantité. Au boulot, il cachait sa consommation et 1997 à 1999 il a fait plusieurs cures. Seule l’assistante sociale lui a dit un jour qu’il y en allait de sa sécurité. Il se mentait à lui-même. Il se cachait pour boire, ce n’était donc pas un mensonge.

Antoine, ses parents ne lui ont jamais fait la réflexion qu’il buvait. Ils avaient peur de s’immiscer dans sa sphère privée. Mais quand il a été en maison psychiatrique pour se soigner, ils ne sont pas passer le voir. Peur de la psychiatrie ?

Michèle, sa fille a pris des précautions pour ne plus boire devant elle pour ne pas l’inciter à la consommation.

Benoit, ses enfants savaient qu’il buvait, et ils se sont aperçus qu’ils avaient un nouveau père. Il y a un an, il leur a demandé pardon pour ce qu’ils avaient subi durant son alcoolisme. Pour lui cela a été un grand soulagement.

Bernard, ses amis ont tous été au courant qu’il avait arrêté de boire et personne ne lui en a parlé, mais ils lui proposaient une boisson autre que l’alcool.

Bernard, au restaurant il se sent obligé de dire « non j’ai arrêté de boire »

Antoine, invité au grand hôtel de St jean, refuse au sommelier le premier verre, il retourne son verre pour éviter d’en proposer au deuxième tour, puis vient le vin rouge, même scenario, verre retourné, puis vient le dessert avec le champagne, Antoine refuse mais le sommelier insiste «  vous ne pouvez pas refuser parce que il va falloir lever votre verre pour les mariés », Antoine refuse encore, les conversations s’arrêtent  et reprennent quand le sommelier passe à l’invité suivant. Seule la voisine à gauche d’Antoine lui demande « vous faites partie de le Croix Bleue ? » « Non, répond Antoine, mais une association identique ». Incident clos.

Bernard, quand il buvait, avait deux bouteilles de whiskies et il se servait dans la bouteille 2 alors qu’il servait à tous dans la bouteille 1, de sorte que personne, dont sa femme, ne savait pas qu’il buvait plus que les autres.

Michèle, après sa cure, a retrouvé des tas de bouteilles vides.

Sarah, ne boit jamais, mais une fois après un verre, elle cherchait à marcher droit et se demande comment on faisait pour que cela ne se voie pas. Elle ne sait pas si le fait d’essayer de marcher droit est un mensonge.

Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 14:54
Thème du jour

Le mensonge chez le malade alcoolique

Nous reprenons le thème de la semaine dernière qui n'a pu être discuté

Quelle était votre boisson préférée ?

 

Bernard voit sa psychologue pour parfaire son abstinence qu’il a obtenue au CALME. Il fait beaucoup de relaxation et utilise le concept de la bougie :  (il suffit de se remémorer une bougie, sa flamme, son évolution elle peut devenir chandelier etc…

Freddo buvait surtout de la bière, il avait découvert celle à 11.6 °. En général il en buvait 2 litres par jour. Il les achetait plutôt à la station-service parce qu’elles étaient fraîches, à consommer immédiatement.

Henri, a découvert par sa compagne la « Green Bergen », mais ilo n’a pas pour autant arrêter de consommer son rosé journalier. La bière n’étant qu’un complément.

Avant de s’arrêter, les médecins qu’il côtoyait, ne lui ont jamais dit d’arrêter de boire, ils lui disaient que l’alcool était mauvais pour la santé : «  soignez votre régime alimentaire ».

Antoine, Il faut dire que vers les années 1970 la HAS (Haute Autorité de Santé) avait créé le CHA (Centre d’Hygiène Alimentaire) pour lutter contre l’alcoolisme, ils ont, quelques années plus tard, ajouter un A pour que cela fasse CHAA (centre d’Hygiène Alimentaire et Alcoolique). Il a fallu encore une vingtaine d’années pour créer le CSAPA qui devenaient enfin des Centre de SOIN. La société n’était pas prête à accepter l’alcoolisme comme une maladie, les médecins généralistes n’avaient que 3 heures de cours sur l’alcoolisme durant tout leur cursus médical.

Henri, c’est quand même un médecin du CSAPA de l’Archet II qui lui a permis   d’arrêter sa conso d’alcool qui était passé à quatre litre de rosé par jour. Il lui a dit « plus jamais d’alcool ». Dans son éthique il ne pouvait pas reboire jusqu’à sa consultation du lendemain, puis de trois jours, puis de la semaine et du mois. Il ne pouvait pas sentir le vin en allant à la consultation de ce médecin.

Benoit, buvait de la bière alors qu’il n’aimait pas cette boisson au départ, mais ces effets de bien-être lui convenaient. La bière étant trop amère il y a rajouté du Picon. Très connu en Alsace le Picon bière  était la boisson par excellence.

Quand il fut déplacé en Champagne, il a apprécié le champagne et les coupettes pouvaient défiler. Mais ce ne fut qu’un complément au Picon bière. Il avait l’effet désiré et recherché, puis il a commencé à boire le matin.

Il a essayé de se réguler mais la vie faisait qu’il ne pouvait pas arrêter.

Dès le début de sa consommation, il s’est rendu compte qu’il n’était pas comme les autres et monsieur tout le monde, car pour arriver au même résultat il était obligé d’augmenter sa conso.

Durant une cure on lui a expliqué qu’il courrait vers la prison, la psychiatrie soit au pire, la mort ou bien les groupes d’entraide. Il a choisi.

Le 1er déclic fut à Melun, au bout de deux mois hospitalisé, il résonnait différemment et de plus en plus il retrouvait la nature, les petits oiseaux qui gazouillaient. Il pouvait enfin vivre une vie sans alcool.

Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 14:27
Thème du jour
Le mensonge chez le malade alcoolique
Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 16:47
Thème du jour
Changement du comportement après arrêt de l'alcool

Annie a repris son indépendance, elle s’est lancée dans le syndicalisme. Les comportements sont obligatoires pour que l’arrêt de l’alcool soit une renaissance.

Après elle a changé de boulot, son changement s’est tout de suite vu chez ses enfants.

Avant personne ne lui faisait confiance, après la confiance est revenue.

Janou ne croit pas qu’elle ait changé de comportement. Elle était abstinente depuis plusieurs mois quand elle en a parlé à son mari.

Elle a été abstinente durant 25 ans, mais après sa nouvelle maladie  elle ne cachait plus sa consommation à ses proches.

Avant elle était docile, soumise mais maintenant elle est plus agressive, elle est moins dans les griefs.

Freddo, son comportement changeait sous l’emprise de l’alcool. Il se chamaillait souvent avec sa femme et pourtant maintenant il est calme.

Janou se rappelle qu’elle se trouvait en danger, elle avait peur de mourir c’est pourquoi elle était agressive.

Henri, jusqu’à seize ans il était confiné à la maison, mais dès qu’il sortait il était obligé de cacher ce qu’il faisait. L’école ne lui plaisait pas.

Il était docile tout en étant rebelle.

Marié il ne s’entendait plus avec son épouse alors il a commencé à picoler.

Il avait un caractère fantaisiste, et il a petit à petit augmenté sa consommation jusqu’à quatre litre de vin par jour.

Après avoir fait un sevrage à l’Archet, sa vie a changé de tout au tout, il s’est remis à dessiner car durant son service militaire il était déjà artiste.

Sous alcool il faisait n’importe quoi.

Après l’alcool il s’est mis à faire des pastels. Il est retombé sous la réalité, il savait peindre en étant jeune, il a réussi a repeindre après l’arrêt de l’alcool.

Il était capable de faire quelque chose, il le faisait, il ne se reconnaissait plus.

Après l’arrêt il n’était plus obligé de mentir.

Benoit avait des troubles de la personnalité et fut mis en ALD par la S.S.

Il a eu deux vies.

Dans sa première vie, sa maman était malade alcoolique, ses angoisses elle les transmettait à son fils.

Il était anxieux, avec l’alcool ses angoisses disparaissaient et pour avoir les mêmes effets dans le temps il était obligé d’augmenter sa consommation.

Il était conscient qu’il avait un problème avec l’alcool.

Il s’est rendu compte qu’il fallait qu’il arrête l’alcool.

Il a alors commencé une nouvelle vie.

Il fallait qu’il change sa vie, son comportement ses relations, il ne fallait plus qu’il s’ennuie. Il lui fallait un comportement complétement différent.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 17:51

Avec BEAUFILS Laurence et Claude JOB nous sommes allés le jeudi 27 mai 2021 à l'IESTS à Nice, en présentiel, informer les élèves de première année d'assistantes sociales sur l'alcoolisme.

Comme nous le faisons à chaque intervention en milieu scolaire il y a une première partie de théorie et une deuxième partie de témoignage et questions réponses.

Il y avait une quarantaine d'étudiantes (un seul étudiant) dans l’amphithéâtre de l'IESTS qui ont été impressionnées par les chiffres de la maladie alcoolique en France.

On commence par donner les indications sur le verre standard qui contient 10 gr d'alcool pur par verre et donne une augmentation de l'alcoolémie de 0.2 gr par litre de sang et sa dégradation se fait à raison de 0.1 gramme par heure.

Le thème a été comme d'habitude : étude du passage de l'alcool dans le cerveau.

La dépendance avec la THP (tetrahydropapaveroline)

Création de la THP dans le cerveau avec le manque d'enzyme ALDH pour dégrader la dopamine du cerveau puisqu'elle sert en priorité à la dégradation de l'alcool dans le foie : La dopaldéïde du dépendant à l'alcool en s'accumulant dans le cerveau se combine avec la dopamine pour créer la THP.

Partager cet article
Repost0