Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 09:36

 

Sujet Thèmes du jour 

"Qu’est-ce que la cure vous a apporté?"

 

     Compte rendu : 

Les prénoms sont tous des pseudos. 

Bob, la cure lui a beaucoup apporté, il a rencontré Claude bis et Annie à Monaco, c’est ce qui lui a permis de venir à Sansas parce qu’après la cure il ne savait plus où aller et se rendait compte qu’il avait besoin de soutiens. Il est passé par des hauts et des bas. Il est venu chercher le pourquoi du comment. Il est resté 28 jours à Monaco. Il a appris des trucs qu’ailleurs on ne lui avait pas dits.

Après la cure, il a pu continuer avec les soignants de Monaco en allant aux réunions le lundi et le jeudi.

Gérard, a fait le CALME et en a été satisfait. Surtout la deuxième cure après la rechute.

Il a eu les informations, la compréhension de lui-même par la psychothérapie et cette psycho lui a permis de ne plus boire.

Il y a rencontré des gens sympathiques. Il est content d’avoir été au Calme.

La cure est reposante mais en  fin de cure on est fatigué par la somme de travail intellectuel que l’on a fait durant le séjour.

Pierre, l’accueil au CALME est très bien, on se tutoie, il n’y a pas de blouse blanche, tout le monde s’appelle par son prénom, même les médecins et les psychologues.

Dans les diverses chambres qu’il a eu durant le séjour il est toujours bien tombé.

Les repas sont en général corrects et assez copieux.

Abdel a classé les cures qu’il a faites dans l’ordre décroissant : Le Calme, les Bruyères, Monaco en en dernier mais toujours positif, le château du Boy.

Bob trouve que les médecins peuvent donner tous les médicaments du monde, mais c’est le désir qui marche et si tu ne veux pas t’en sortir, même avec les médicaments, cela ne marche pas.

Abdel, en se soignant au Calme, il a gagné quelques années. La psychothérapie est difficile et certains patients n’arrivent pas à se confier en groupe.

Gérard, il est nécessaire que durant la cure, ce soit stricte. Au Calme on est bien accueilli mais dans un cadre bien défini.

Avec ta bouteille tu es toujours très seul. Au Calme tu te retrouves avec les autres et des relations très amicales.

Sospel, au Calme ca n’a pas marché pour lui,  la psychothérapie de groupe qui n' était pas adaptée à mon cas et à mon problème...

Marie a trouvé au Calme une information complète (elle continue de temps en temps à compulsé ses notes prises durant les infos.

Elle a pu faire un travail énorme sur elle-même.

Cette introspection lui a permis de s’alléger.

La cure a été une renaissance pour elle et lui a permis de déculpabiliser.

Henri, Sevrage de huit jours à l’Archet II, on a contrôlé tout son corps, il est quand même allé trois fois durant son séjour au CSAPA de l’Archet. Il a eu surtout des conseils pour essayer de ne pas rechuter.

Soutien psychologique égal zéro.

Il a su qu’il était malade, qu’il était alcoolo parce qu’en rentrant il a vu une affiche disant que le service était : gastro, entero, alcoolo.

Avant d’entrer, il ne savait pas qu’il existait d’autres cures, de toute façon il ne pouvait y aller.

Claude bis, parcours hétéroclite : Belletran : interdit de sortir mais comme il n’avait pas décidé de se soigner, à la sortie il s’est empressé d’acheter une bouteille de rhum avant de prendre le train.

Au Mont Blanc il y avait une à deux semaines de sevrage, mais les anciens apprenaient aux nouveaux qui le souhaitaient, comment boire et quelle quantité pour ne pas se faire prendre durant les contrôles.

Au Mont Blanc c’était le club Med. Durant trois mois.

A l’hôpital psy d’Annecy, il a pris 6 mois fermes. Puis hôpital de jours pendant trois mois et ensuite hôpital de nuit pendant trois mois. Les médecins l’ont fait ressortir en le jugeant incurable. Il a entendu parler du Calme à Annecy mais il a trouvé trous les prétextes pour ne pas y aller.

A Saint Christophe, i l est tombé sur une petite équipe qui voulait s’en sortir, il a préféré ce groupe plutôt que l’autre qui cherchait tous les moyens pour se procurer de l’alcool.

Il a adhéré à cette voie.

Il était entré là pour se soigner.

Sospel, dans les nombreuses cures qu’il a faites, il en a toujours ramené quelque chose de positif.

Dans le service de docteur Carrère à l’Archet, la psychologue lui a dit qu’il pouvait revenir se soigner dix fois s’il le savait.

Chaque établissement lui a servi.

Claude bis, toutes les cures qu’il a faites lui ont permis de faire la dernière qui, elle, a réussie. 


Repost 0
Published by SANSAS - dans Cure
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 10:06

 

Sujet Thèmes du jour  

"Méthodes parallèles à la cure :

acuponcture, Hypnose …"

 

Compte rendu :

Tous les prénoms sont des pseudos.

 

L’hypnose est un état de relaxation profonde, entre éveil et sommeil, utilisé en thérapie pour se libérer de l’addiction au tabac, perdre du poids ou encore se soulager du stress.

Qu’est-ce que l’hypnose ?
L’hypnose est un état naturel de sommeil éveillé dans lequel la personne hypnotisée se trouve totalement relaxée, déconnectée de l’extérieur, comme lorsqu’elle regarde un film captivant. On utilise cet état en psychiatrie, afin d’accéder plus facilement à l’inconscient, de contourner les blocages et de faire ressurgir certains problèmes liés à l’enfance. L’hypnose serait donc un amplificateur et un accélérateur de thérapie. L’objectif d’une séance d’hypnose est donc d’atteindre l’inconscient et de dévoiler un éventuel traumatisme ancien, refoulé mais provoquant des troubles psychiques tels que des comportements anxieux ou phobiques.

 

Pour qui ?
De plus en plus utilisée en psychothérapie, et même si les mécanismes d’actions n’en sont pas connus, l’hypnose est un outil apparemment efficace pour se libérer de nombreux troubles. Les indications courantes sont surtout psychologiques et psychosomatiques : arrêt du tabac, perte de poids, angoisses, névroses, stress, énurésie, insomnie, phobies, traumatismes, tocs (troubles obsessionnels compulsifs), timidité mais aussi développement personnel. Enfants et étudiants qui manquent de confiance en eux avant un examen peuvent également en bénéficier.
L’hypnose peut aussi être utilisée en psychothérapie brève.

La P.N.L

(Programmation Neuro Linguistique)

La PNL est une méthode pour communiquer avec efficacité et mettre en place des

changements nécessaires pour atteindre ses objectifs. Elle permet en particulier de

résoudre en peu de temps de nombreux problèmes handicapants sur le plan

personnel : gérer le stress, se remettre d'un deuil, d'une rupture, de traumatismes,

reprendre confiance en soi...

 

L'Hypnose éricksonienne

Tout comme la P.N.L., l'hypnose éricksonienne (ou hypnose clinique) s'inscrit dans le

champ des thérapies brèves. Elle offre à la personne la possibilité de s'ouvrir sur

des perspectives de changement en développant une alliance avec son

inconscient dépositaire de ses ressources. Il est possible d'agir sur la souffrance

psychique sans s'attarder sur la cause, à partir d'un état de conscience modifiée.

Les indications pourront être diverses : angoisses, phobies, douleurs...

 

Annie a été endormie dans une soirée par un hypnothérapeute et cela l’a très fortement marqué. Elle pense que dans notre corps tous les paramètres de la naissance à la mort sont inscrits dans nos gènes.

Les résultats de cette thérapeutique peuvent être magiques, ils ne doivent pas être utilisés seul et ne sont pas toujours utilisés à bon escient.

Julie, dans son activité sportive et non dans les addictions, a vu utiliser l’hypnose par des professionnels : au début c’était très dirigiste, elle a vu utiliser l’hypnose traditionnelle  et l’hypnose éricksonienne (voir plus haut). Quant à la PNL, elle ne résout pas le problème à la base mais donne un outil de travail.

Domi, a subit des séances d’hypnose, conscient, il allait mieux en ressortant des séances, mais cela ne l’a jamais guéri. Mais il sait que l’hypnose ne marche pas sur tout le monde. L’hypnose fonctionne principalement sur des sujets calmes.

Julie, le tennisman Noah a mis la PNL dans le sport de haut niveau, surtout pour la préparation mentale.

L’hypnose est réparateur tandis que la PNL est préparateur.

La microkinésie part du principe que le traumatisme est ancré en eux à l’intérieur de leur corps,

Annie, l’hypnose est une médecine complémentaire et ne substitue pas à la médecine traditionnelle.

Les magnétiseurs, eux, travaillent avec leurs mains.

Antoine confirme que la PNL et l’hypnose Ericksonienne sont utilisés dans certains centres de cure en alcoologie : exemple du centre Alpha à Royan.

Nous avons eu une personne qui est venue à nos réunions qui était passé par le centre Alpha et qui en était très content. Il s’était débarrassé de son addiction à l’alcool.

Abdel, un marabout, appelé par sa maman, a essayé de le faire arrêter la boisson en lisant dans son assiette. Ca n’a pas marché parce qu’il a continué à boire.

Gérard pense qu’il faut être réceptif à tout du moment que cela permet l’arrêt de la boisson.

Annie a arrêté le tabac avec l’acupuncture

Malo. On ne peut pas dire que tout est égal pour s’en sortir.

Avec une réelle détresse, il faut faire très attention avec les remèdes soit disant miraculeux.

Richard, les gens fragiles psychologiquement peuvent être marqués par ces médecines alternatives. Il faut être très attentif.

Brigitte, le diplôme n’est pas une référence de l’efficacité thérapeutique.

Richard, il peut y avoir des gens très fragiles qui vont voir des marabouts et ça se passera mal. Ces gens là sont faciles à manipuler et l’argent peut être le support de cette soi-disant médecine alternative.

 


Repost 0
Published by SANSAS - dans Cure
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:58

 

Sujet Thèmes du jour  

"Qu’est ce que la cure vous a apporté?"

 

 

Compte rendu :

Les prénoms utilisés sont des pseudos.

 

Annie a pu avoir à nouveau un regard sur elle-même. Je vivais à 100 à l’heure, je m’oubliais. Ma cure m’a fait comprendre le pourquoi je consommais. J’ai compris qu’il fallait que je me relaxe, j’ai appris la relaxation au centre de cure et je continue à l’utiliser maintenant.

Bob à Pasteur il a fait de la méditation.

Marie a récupéré les outils essentiels pour la sortie de cure. Ca me permet de me retrouver moi-même. La soma (exercice de maitrise psychosomatique), c’est de la relaxation adaptée à toutes les circonstances.

Dans les infos, elle a surtout retenu le petit laboratoire dans le cerveau qui redémarre à la première prise d’alcool, même en micro dose.

Maintenant elle est bien outillée pour maintenir une abstinence heureuse.

Annie se rappelle qu’il lui avait bien été conseillé d’adhérer un groupe d’ex. car il ne faut surtout pas oublié que l’on a été malade.

Marie, le psychologue du CALME lui a permit d’aller à la source de son mal-être et de pouvoir vivre avec. Elle s’est bien investie, ça lui a permit de se libérer.

Michel, qui vient pour la première fois à Sansas, dit que ce genre de psycho lui a manqué. Il pense qu’il n’a pas travaillé suffisamment sur lui-même.

Il a eu des infos qui n’avaient rien à voir avec l’alcool.

Il a fait une cure à Toulon au centre des collines de Revest, il pense que la cure est nouvelle et qu’ils n’ont pas encore bien trouvé leurs marques.

Richard n’a pas été trop aidé par la cure.

Les cures ont été des échecs pour lui. Mais les cures qu’il a faites lui ont appris l’humilité. Il faut accepter d’être aidé.

Au début il ne voulait pas les associations car il pensait que ce n’était pas nécessaire, maintenant il a changé d’avis.

Il était très déprimé quand il était en cure.

Michel avait un problème de confiance. Ca ne l’a pas aidé à retrouver la sérénité. L’alcool l’aidait à survivre. La cure lui a permis de renouer avec le sport, ensuite il a arrêté tous les médicaments. Peut-être n’aurait-il pas du arrêter l’alcool ?

Richard pense qu’il a fallu qu’il arrive à une consommation extrême, ne plus se laver, manger n’importe quoi, s’effondrer devant la porte de son appartement.

Il a fallu également qu’il accepte la séparation d’avec sa famille.

Bob, s’est mis dans l’alcool parce qu’il déprimait.

Richard : psychiquement c’est très dur.

Annie, à la sortie j’ai retrouvé tous les problèmes que j’avais laissés avant de rentrer en cure, et il a fallu que je les assume sans le produit. Dur. Dur.

Maurice la cure lui a apporté de s’accepter tel qu’il était. Il a appris en bulle (psychothérapie de groupe d’où il venait. Il se sert beaucoup des infos qu’il a reçues.

Il a pris conscience de choisir son entourage et de laisser tomber les gens qui l’ennuient.

Son entourage ne voit plus le Mario qu’ils n’aimaient pas avant sa cure.

Fanny nous dit qu’il faut se sentir prêt pour faire une cure. Elle en a fait trois, mais elle pense qu’elle n’avait pas suffisamment touché le fond. Elle avait peur de la mort, mais finalement la cure a réussie quand c’est elle qui l’a décidée.

Abdel a fait x cures, il s’est arrêté de boire tous les ans au moment du Ramadan. Les cures l’ont aidé à comprendre mais finalement c’est un sevrage simple qui lui a permis d’arrêter il y a plus de trois ans, parce qu’il était prêt.

Claude bis, durant sa cure à Saint Christophe s’est rappelé les cures ou sevrages ou hospitalisations qu’il avait faits avant la cure, mais finalement c’est St Christophe qui lui a permis de s’en sortir mais surtout avec les bon conseils de Carine.

Richard, il faut la rencontre entre les soins et l’être.

La cure ne réussit pas si on ne le veut pas. Il faut rencontrer la bonne personne, au bon moment et au bon endroit.

Domi a choisit de vivre plutôt que de mourir. Durant sa convalescence à Sclos le Contes, même si les autres buvaient, lui est resté à son jus d’orange.

Henri, ce n’est pas un miracle s’il s’en est sorti, c’est quand il a touché le fond qu’il a pu donner le coup de pied nécessaire pour remonter à la surface.

Il ne lui a fallu qu’une semaine de sevrage, enfin il pouvait marcher droit, il voyait tout autour de lui. Il a fait des progrès.

Le médecin, à l’Archet II,  lui a dit que dorénavant il ne toucherait plus une goutte d’alcool et cela pour la vie entière. Il s’est laissé faire, ça lui a réussi.

La cure lui a tout apporté parce qu’elle l’a sauvé.

Michel, la cure lui a apporté le bonheur.

Au début il faut éviter tout ce qui peut l’entrainer vers le bas. Pour lui le passé n’existe plus.

Richard, il faut penser différemment par rapport à nos pensées avant la cure.

Les examens passés à l’hôpital ne font pas peur et pourtant les pancréatites, les varices eusophagiennes, les cirrhoses sont des maladies concrètes.  


Repost 0
Published by SANSAS - dans Cure
commenter cet article